Le blog de My Smart Content Agence de rédaction Web

Style d’écriture : comment l’adapter aux règles du contenu 2.0 ?

black-and-white-blur-close-up-783737

L’écriture web est régie par des règles très spécifiques. Voici quelques conseils simples pour respecter les contraintes rédactionnelles du web 2.0.

Il y a 10 ou 15 ans, les rédacteurs web se contentaient d’adopter un style d’écriture original et différent du papier pour attirer le lecteur. Cette logique n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Les contraintes rédactionnelles du web 2.0 exigent un certain nombre d’adaptations. Des adaptations qui touchent la façon d’écrire.

L’internaute se trouve au centre de tout

À quoi sert un contenu web en 2019 ? À informer, à instruire, à conseiller ou à vendre. Puis, il y a les autres objectifs propres au marketing de contenu : le recrutement de leads, l’accroissement de la notoriété, la gestion de l’e-réputation, etc. Quel que soit le but d’un article ou d’un contenu multimédia, la règle de base est toujours la même : il sert toujours l’intérêt de l’internaute.

De nos jours, l’internaute est submergé d’informations en tout genre, partout où il va. Il se connecte sur son compte Facebook ou Twitter : il voit des notifications et des flux d’articles ou d’actualités sur presque tous les sujets. En se connectant à son compte Snapchat, il reçoit des histoires et des infos. La même histoire se répète sur Gmail, sur Yahoo, et même sur YouTube.

Aussi, une entreprise désireuse d’attirer l’attention d’un lecteur a tout intérêt à lui proposer du contenu dont il a réellement besoin. Et pour ce faire, le choix du sujet n’est pas le seul point à éluder. Le style d’écriture pèse aussi sur la balance. Si vous ne montrez pas clairement au lecteur ce qu’il a à gagner dès les premières lignes du contenu, il ira voir ailleurs. Autrement dit, un bon contenu en 2019 doit être pensé, conçu et écrit pour le lecteur. Ce dernier doit le sentir en lisant vos articles ou en voyant vos vidéos.

Cette règle, en apparence simple, demande en réalité beaucoup de brainstorming et de préparations. Cela implique notamment une très grande connaissance de vos cibles. S’agit-il de jeunes actifs, d’une personne seule, de parents avec enfants, de cadres ou de seniors ? Vos services/produits s’adressent-ils à des citadins ou à des personnes vivant à la campagne ? Vous ciblez les foyers aisés ou les ménages plus modestes ? Ce sont là quelques-unes des dizaines de questions à répondre pour connaître à qui vous parlez. C’est l’unique façon de comprendre comment formuler vos contenus, à quel moment et où les publier.

Créez un lien avec le lecteur

Le Web 2.0 repose sur un principe tout aussi simple : le lecteur est libre de réagir à tous les contenus. Il peut les partager sur les réseaux sociaux, il peut les commenter ou même, signaler des fautes ou proposer des éclaircissements. La notion même du « 2.0 » implique une interaction avec le lecteur.

Ce dernier n’est plus perçu comme un destinataire passif, qui boit toutes vos paroles. Il a ses problèmes, ses envies et il peut vous les faire savoir directement. Il a aussi accès à un flot d’informations illimitées sur internet et peut les utiliser pour ses propres intérêts.

Vos écrits en ligne ont ainsi tout à gagner en interpellant directement le lecteur. Votre contenu aura un style plus dynamique, plus vivant, dans lequel chaque lecteur trouvera son compte. Certaines marques insèrent, par exemple, des références à la culture pop dans leur contenu. Cela crée une certaine connivence avec l’audience, surtout si les références sont évidentes et comprises par la majorité.

Ces petits détours montrent à l’internaute qu’il y a des humains comme eux derrière votre contenu. Ils sont alors plus enclins à poursuivre la lecture, ou même à répondre à vos appels à l’action. Ces derniers font plus d’effets si vous employez des verbes d’action adaptés en fin ou en début de vos contenus. Cette règle doit être respectée, peu importe que vous écriviez vos propres contenus ou faites appel à un rédacteur web à Madagascar ou à une agence éditoriale spécialisée.

Proposez du contenu frais et facile à partager

Aujourd’hui plus que jamais, le monde évolue à un rythme effréné. L’internaute s’intéresse donc avant tout aux informations les plus récentes. Et il peut aisément partager ces actualités sur ses comptes Facebook, Twitter, Snapchat ou LinkedIn.

Qu’est-ce que cela implique pour votre manière d’écrire ? Procédez à une veille permanente de votre secteur d’activité. Ne soyez pas le dernier à publier une information majeure qui affecte votre métier, vos services ou vos produits. Si vous proposez toujours du contenu frais, pertinent et fiable, les internautes considéreront votre site comme une référence, une page à suivre.

Variez alors la longueur de vos articles. Si vous êtes habitué aux longs dossiers qui prennent 5 à 8 minutes de lecture, écrivez aussi des articles ou des infos lisibles en 2 minutes seulement. L’idée est d’écrire des blocs d’actualité au format feuillet, que vous pouvez décliner en un texte d’analyse ou un dossier ultérieurement.

Considérez aussi la dimension sociale du web 2.0. En 2019, n’importe quel internaute peut jouer le rôle d’un vendeur de journaux sur les réseaux sociaux. Mais au lieu de crier, il n’a qu’à poster un lien sur son compte Facebook par exemple, et le contenu est accessible à tout son cercle d’amis. Imaginez le nombre de visites qu’un site peut obtenir avec une seule page partagée sur le profil de dizaines d’utilisateurs de Facebook… Ainsi, insérez toujours les widgets et les boutons de partage Facebook, Twitter, Pinterest, LinkedIn ou Instagram dans vos contenus.

Allez droit au but !

« Droit au but ». Cette devise s’applique aussi à la rédaction de contenus 2.0. L’internaute moderne est inondée de data. Son temps de lecture est limité. Il risque ainsi de zapper rapidement un article qui ne lui fournit pas les bons renseignements dès les premières lignes.

Ces « bons renseignements » répondent aux fameuses questions : qui ? Que ? Quand ? Où ? Comment ? Si vous y ajoutez le Pourquoi, vos contenus seront complets. Demandez à vos rédacteurs de répondre à ces questions dès le premier paragraphe d’un article. Ne vous perdez pas dans des introductions à rallonge et des détours purement stylistiques. Concentrez-vous sur l’essentiel, sans pour autant négliger votre ligne éditoriale, ni vous détourner de votre ton habituel.

Pensez aussi au SEO

Même si l’internaute est votre priorité, vous devez consacrer une petite part de votre écriture au SEO. Autrement dit, intégrez des mots-clés importants ou obligatoires dans vos textes. Bien sûr, un article bourré de mots ou expressions clés serait mal vu par Google – et l’internaute. Restez ainsi modéré dans l’optimisation de vos contenus.

Contentez-vous d’insérer quelques mots-clés à fort potentiel en guise d’ancre pour vos liens hypertextes, qu’ils soient internes ou externes. Assurez-vous que les images et les illustrations comportent des descriptions optimisées. Mettez les informations principales en gras dans le corps du contenu. Agencez aussi vos articles avec des sous-titres, des paragraphes et des sous-paragraphes.

Avec ces quelques règles, votre entreprise est maintenant fin prête pour produire du contenu 2.0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devis




Contact

Des idées, des questions ?

Nous vous répondons sous 24h

Tél. :
+261 34 94 765 90